5. Transmettre du sens par les trames arborescentes : caractéristiques, herméneutique et éthique d’un outil organisationnel de l’Antiquité à nos jours (mars 2018)

Organisation : Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla
Lieu : Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Université de Poitiers

qu’apporte à la compréhension d’une matière donnée le recours à une trame arborescente ? Cette dernière détient-elle des potentialités signifiantes propres ? Si tel est le cas, de quelle nature sont ces potentialités ? Permettent-elles d’indiquer la manière de comprendre le contenu de la trame arborescente, un ordre dans lequel son spectateur/lecteur doit se l’approprier, un mode selon lequel il doit l’assimiler ? En somme, il s’agira de s’interroger sur le sens que prennent les trames arborescentes en s’attachant à tous les aspects que recouvre le terme « sens », et dans des domaines aussi divers que la philosophie, le droit, la médecine, les sciences de la nature, les sciences cognitives, l’iconologie ou la théorie littéraire. 

Un panorama typologique préliminaire et non exhaustif des trames arborescentes rend possible l’identification de quatre de leurs fonctions. La première est de classer, parfois en hiérarchisant : pensons aux taxinomies arborescentes, qui relèvent tant de la théorie de la définition sur le modèle de l’arbre de Porphyre relu par Boèce, que de la mise en œuvre visuelle et/ou textuelle d’une connaissance du monde dont quelques unes des premières schématisations graphiques accompagnent les distinctions que Cassiodore établit entre les arts libéraux. La deuxième fonction est d’optimiser la transmission d’une matière, autrement dit de favoriser l’assimilation d’un contenu via son contenant. Fréquente dans les contextes pédagogiques et didactiques, cette fonction sous-tend l’ensemble des trames arborescentes qui jalonnent la culture occidentale. La troisième fonction des trames arborescentes repose sur leurs potentialités pratiques : en permettant la lecture ou la visualisation d’un ensemble de possibles, elles norment les champs éthiques que recouvrent des protocoles institués. C’est le cas, par exemple, des arbres décisionnels, dont l’usage est fréquent depuis l’Antiquité en droit ou en médecine et qui jouissent aujourd’hui d’une considérable fortune visuelle. Enfin, la quatrième fonction des trames arborescentes, de nature heuristique, intervient lors de processus de réflexion et de production théoriques, scientifiques ou artistiques : de nombreux brouillons d’auteurs, de chercheurs ou d’artistes attestent de la nécessité, parfois spontanée et non codifiée, d’éprouver l’idée par l’image graphique. 

Ainsi se profile une pluralité formelle, figurative, fonctionnelle et théorétique des trames arborescentes. Devant une telle multiplicité, leurs qualités sont-elles propres à assumer l’ensemble de ces quatre fonctions ou en font-elles des intermédiaires adaptables au contenu qu’elles organisent et exposent selon son sens, son objectif et son destinataire ? Dès lors, nous consacrerons cette cinquième journée du projet à la nature proprement signifiante des trames arborescentes. Quels rôles endossent-elles dans leurs différents usages ? Quelle place, volontairement donnée ou non, occupent-elles dans les différents processus qu’elles mettent en œuvre ? Quels éléments permettent d’en identifier la fonction ? Requièrent-elles un appui textuel ou iconographique explicatif ou portent-elles en elles-mêmes les éléments propres à indiquer à leur destinataire comment en user ? Cette déictique de la fonction passe-t-elle par une identification formelle, figurative, symbolique ? 

Résumés des interventions

Mémoriser des divisiones et des distinctiones par une structure arborescente : schémas, diagrammes et délinéations graphiques au Moyen Âge

Naïs Virenque, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université de Tours

L’université naît vers 1200, avec une organisation institutionnelle, des méthodes et des programmes d’enseignement qui redéfinissent les manières d’accéder au savoir. Les structures arborescentes et la maîtrise de l’art de la mémoire, cette technique issue de l’Antiquité qui consiste à localiser des souvenirs dans des lieux distincts sous la forme de texte ou d’image et à les parcourir mentalement dans l’ordre pour restituer le souvenir d’un discours, y sont fondamentales et occupent de plus en plus les manuels scolaires. Pourtant, renouveler des programmes comme recourir à un outil mnémotechnique arborescent existe dans l’histoire de l’enseignement depuis les premiers témoignages d’une pédagogie visuelle : définir le rôle cognitif de la vue et utiliser des schémas dans les processus d’apprentissage n’est en rien spécifique à l’université médiévale. Nous nous demanderons s’il existe une spécificité de l’efficacité mnémotechniques des structures arborescentes médiévales. En quoi consiste cette efficacité ? Est-elle la même d’un domaine ou d’un art libéral à un autre, d’une aire géographique à une autre, d’une école à une autre, d’un maître à un autre ? Ces structures arborescentes connaissent-elles des variations formelles et figuratives autres que la croissante végétalisation qui s’empare d’elles à partir du XIIe siècle ?

Nous réfléchirons d’abord sur la constitution d’un imaginaire arborescent mnémotechnique dans l’enseignement pré-universitaire, puis nous étudierons l’efficacité des structures arborescentes dans la pédagogie universitaire et, enfin, nous nous concentrerons sur une forme de stemma fréquente dans les manuscrits à partir du XIIIe siècle, la délinéation graphique, afin de voir en quoi elle occupe les mêmes fonctions mnémotechniques qu’une structure arborescente diagrammatique.

Création, mort et renaissance, la croissance végétale cmme réseau opérant dans l’activation d’un décor monumental : le cas du protiro de San Zeno à Vérone

Mathieu Beaud, Institut National d’Histoire de l’Art

Les deux écrans sculptés latéraux du portail occidental de la basilique San Zeno de Vérone mettent en dialogue deux cycles distincts, celui de la Genèse au sud, et celui de la vie du Christ, de sa naissance à sa mort sur la Croix, au nord. Le procédé, classique en Italie et notamment dans les décors peints des basiliques romaines du haut Moyen Âge permet de mettre en image une histoire totale de l’humanité, tout en créant un dispositif de correspondances iconographiques entre Ancien et Nouveau Testaments, chaque moment de l’histoire évangélique trouvant sa racine vétérotestamentaire. À Vérone, l’intrication iconographique sur un décor de façade révèle une ambition locale, insérant dans l’habituelle dialectique universelle des deux versants des écritures, narration hagiographique, épisodes de l’histoire de la cité et motifs contemporains. Un réseau végétal complexe et pleinement signifiant rend le jeu typologique visuellement sensible. À la fois diégétique et extradiégétique, moyen discursif mêlé au figuratif, ou ornement de l’architecture feinte, le végétal croît, se ramifie, se lie et se délie, fructifie ou fleurit, se mêle à l’animal ou à l’humain, ou au contraire, reste dans sa pureté végétale. Il est à la fois arbre de la Création, arbre de Vie et arbre de la Grâce, il active les correspondances du système visuel, rend accessible la marche de l’humanité vers sa ressemblance au divin. Plus encore, il plonge ses racines dans l’histoire de la cité par citation visuelle de monuments anciens, oriente le décor monumental dans l’espace et donne sa pleine mesure à la figuration d’un lieu, celui de la sépulture du corps saint de Zénon de Vérone.

Structure arborescente de la planche dans les narrations graphiques

Pierre-Alexis Delhaye, Lycée Camille Claudel, Fourmies

[Résumé en attente]

Des structures arborescentes dans des listes de problèmes mathématiques cunériformes (Mésopotamie, début du IIe millénaire avant notre ère)

Christine Proust, SPHERE, Université Paris Diderot / CNRS

Parmi les textes mathématiques écrits en Mésopotamie au début du deuxième millénaire avant notre ère, on trouve de longues listes de plusieurs centaines de problèmes, chacune couvrant des dizaines de tablettes numérotées. Ces listes présentent des caractéristiques linguistiques très particulières. Une de ces particularités est leur structure arborescente à quatre ou cinq niveaux. Pourquoi des communautés de scribes ont-ils développé des techniques d’écriture d’une grande virtuosité, dont un des résultats est le compactage d’une information mathématique considérable sur des surfaces réduites ? Quelle sont, dans ce contexte, la signification et la fonction des structures arborescentes ? Ces listes de problèmes avaient-elles pour but de classer du matériel mathématique ? Reflètent-elles une structure curriculaire ? Les techniques combinatoires mises en œuvre avait-elles plutôt pour but de créer du matériel nouveau, c’est-à-dire une fonction heuristique ? Telles sont les exemples de questions que cet exposé se propose d’aborder.

Les trames arborescentes et la question de l’individuation dans la philosophie médiévale

Iryna Lystopad, Lycée Corot, Savigny-sur-Orge

[Résumé en attente]

The Arbor philosophiae amoris in the Early Modernity

José Higuera Rubio, Instituto de Filosofia, Université de Porto

Predicare est arborizare, Peter Dronke said about this sentence that it is so difficult to find, before the 14th century, works or manuscripts in which that statement is quoted. The theoretical construction of this expression take us to the rhetorical order of pious exposition in a similar way as the Ethimologiae or the Nuuptis taught how to develop a poignant and persuasive speech. The question that I try to figure out is whether the rhetorical order of arborescence is enough to explain the spread of tree structures in the medieval conception of the divine love and its assimilation by the human faculties (language, imagination, intellect). In almost every discipline during the middle ages, we can find tree structures. Furthermore, we have a big variety of arborescent structures: logic, moral, law, division of sciences, theory of the soul, encyclopedia, and mysticism. Each one has some peculiar developments, establishing different achievements, and adapting the tree-representation in its own way. I will focused my exposition about tree-structures in the relation between human faculties, specifically language and reasoning, with the divine love as a natural cause.

L’Arbor actionum de Johannes Bassianus : un instrument taxinomique efficace pour les juristes au Moyen Âge et à la Renaissance

Andrea Errera, Dipartimento di Giurisprudenza, Studî politici e internazionali, Université de Parme

L’Arbor actionum costituisce una forma di classificazione della materia delle azioni processuali di diritto romano giustinianeo che fu ideata dal glossatore Giovanni Bassiano sul finire del XII secolo a Bologna. Per quel che concerne il particolare rilievo dell’Arbor come forma di classificazione delle azioni, si deve considerare che quest’opera rappresenta il coronamento di tutti i parziali tentativi di tassonomia ideati nel corso del XII secolo dalla scuola dei glossatori e costituisce il modello fondamentale di organizzazione della materia delle azioni processuali che sarà accolto da tutta la scienza giuridica di ius communeposteriore a Bassiano. 

L’originalità dell’opera non consiste nell’uso di una metodologia classificatoria nuova e diversa rispetto al passato: Bassiano ricorre infatti ai criteri della distinctio, della subdistinctio e dell’arbor di tipo porfiriano, metodi che erano già in uso nelle scuole di arti liberali e nella stessa scuola dei glossatori. L’autentica novità insita nell’opera bassianea consiste invece nel modo di semplificare la presentazione grafica delle arbores classificatorie, evitando la raffigurazione di complicate concatenazioni di subdistinctiones: l’espediente grafico utilizzato nell’Arbor actionum consente invero di condensare quelle arbores (e con ciò la descrizione delle azioni) in concise sequenze di simboli, di semplice trascrizione e di altrettanto facile consultazione e memorizzazione. Il pregio della struttura elaborata da Bassiano riguarda dunque un risparmio di pergamena, di lavoro e di tempo, che agevolava l’opera di copia degli amanuensi, l’attività di studio degli interpreti e il lavoro di ricerca dei causidici. Insomma, Bassiano seppe per un verso applicare la tradizionale strumentazione logica tipica della sua epoca al fine di sviluppare tutte le divisioni e le specificazioni possibili della materia delle azioni e, per un altro verso, creare un pratico espediente classificatorio per sintetizzare l’imponente risultato scientifico così ottenuto in un breve e agile strumento didattico. Disse a questo proposito Dino del Mugello: «Arbor non habet subtilitatem magnam; subtile fuit eam invenire».

Les trames arborescentes en science juridique

Nicolas Paris, Centre de Recherche et d’Étude en Droit et Science Politique

Pour classifier les réalités qu’il observe, le droit procède à leur classement et à leur rangement. L’une et l’autre de ces opérations se réalisent sur un modèle arborescent. En science juridique, il existe ainsi des arborescences de classement, qui sont structurées selon la règle de l’inclusion, et des arborescences de rangement, qui sont organisées selon la règle de la hiérarchie. C’est parce qu’elle sont nécessaires à la science juridique que les arborescences sont omniprésentes en droit. Le recours à cette technique facilite le travail du juriste en rendant plus simple l’analyse des données du réel et donc l’application des règles de droit ; plus encore, elle renforce la rationalité de cette science en améliorant la compréhension des constructions du droit et en facilitant la transmission du savoir juridique.

Utiliser un arbre diagnostique en médecine : caractéristiques et éthique de l’arbre diagnostique de l’embolie pulmonaire

Florian Violon, Laboratoire d’anatomie et de Cytologie pathologiques, Université de Lorraine / CHU de Nancy

En médecine, la consultation repose sur une souffrance qu’un patient expose à son médecin. Pour y répondre le plus efficacement, ce-dernier doit construire un raisonnement médical qu’on peut toujours décrire selon le même schéma : l’émission d’hypothèses diagnostiques, la recherche du bon diagnostic parmi elles, la mise en place d’un traitement adapté et enfin la surveillance de l’évolution du patient. Chacune de ces étapes repose sur des choix d’examens à réaliser, de traitements à administrer et de moments où agir. De ces décisions découle l’état de santé futur du patient et parfois même, sa survie. Devant la difficulté et l’implication lourde de chaque choix, sur quels éléments le médecin peut-il fonder sa prise de décision ? Il a à sa disposition les connaissances théoriques qu’enseignent les facultés, sa propre expérience de terrain et les articles qui présentent les dernières recherches débouchant sur les recommandations de bonne pratique. Toutes ces connaissances, ainsi que les différentes étapes de la démarche médicale peuvent se schématiser sous la forme d’un arbre d’hypothèses à envisager ou de décisions à prendre. Devant l’omniprésence de l’arbre décisionnel en médecine contemporaine, on s’interrogera sur les apports spécifiques de la structure arborescente au raisonnement médical que d’autres modèles n’auraient pas permis ainsi que sur ses caractéristiques graphiques et son mode de fonctionnement.