6. Raconter en arborescence Récit, oralité, mnémotechnie (nov. 2019)

Organisation : Naïs Virenque, Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et Charles Delattre
Lieu : Laboratoire HALMA, Université de Lille

Dans l’Antiquité, le récit existe selon différentes modalités et se caractérise par sa variété. Il peut être écrit ou oral, chanté par une ou plusieurs personnes, lu publiquement ou silencieusement. Il peut être le fait d’une succession d’aèdes, comme, selon la thèse analyste, l’Iliade et l’Odyssée ; ou d’un seul poète, comme l’Énéide. Le texte d’un récit peut être fixe ou mouvant ; il peut être transmis uniquement par écrit, ou bénéficier d’une longue chaîne de composition et de transmission par oral – sans d’ailleurs que l’écrit soit forcément associé à la fixité et l’oralité à l’instabilité ou à la fluctuation. Étudier le récit antique oblige également à prendre en compte les différents registres littéraires où il intervient, qu’il s’agisse de poésie épique, didactique ou dramatique, de composition historique ou de discours philosophique, ou encore de discours judiciaire, d’argumentation ou d’exégèse. La notion unificatrice de « récit » est elle-même remise en cause par la diversité des termes employés pour le désigner : logosmythosaoidèdiègèsisdiègèmahistoriafabulanarratio – pour n’en citer que quelques-uns.

Face à cette variété, envisager l’existence de la trame arborescente d’un récit, c’est supposer que celui-ci, quelles que soient ses modalités, peut se fonder sur un canevas structurel qui distingue son fil directeur des parties qui le composent. C’est donc, d’emblée, adopter une posture qui soumet le récit à une composition nécessairement hétérogène (le récit serait fait d’un fil directeur et d’autres éléments, dont on ignore exactement la teneur) et interdit, de ce fait, d’appréhender ce qui se raconte comme une unité homogène. C’est, en outre, considérer que le récit se reçoit comme une production autonome, au sens où il fournit lui-même les règles pour se comprendre et se transmettre : suivre sa trame serait inévitable, ce qui ne laisse que peu de marge à la réécriture, à la réinvention ou à la réinterprétation.

Or, l’immense variabilité des contextes dans lesquels un récit peut se former, s’imaginer, se formuler, se raconter ou encore se recevoir, nous paraît intimement contraire à une telle définition, qui réduit le récit à n’être que son intrigue. De fait, si on ne considère pas seulement le récit en tant que narration, mais, en fonction de son étymologie (du latin « recitatus »), en tant que ce qui se lit à voix haute ou ce qui se dit de mémoire, il semble que le récit suppose avant tout une performance. Ainsi, dans la Rhétorique, Aristote envisage le récit en fonction de son efficacité sur un auditoire : un récit du passé doit constituer un « exemple » convaincant, grâce à ses analogies avec la situation présente. En d’autres termes, il ne suffit pas à un récit d’incarner le résultat de l’imagination : encore faut-il que celui qui le produit (en l’inventant, en le ré-inventant ou en l’énonçant) exploite habilement les ressorts de l’oralité et de la mnémotechnie afin de le « re-citer » sans l’amputer de son efficacité oratoire. 

Le récit est donc performatif : il ne s’accomplit que dès lors que celui qui le produit lui confère une existence organique – que ce soit oralement ou dans le cas d’une lecture silencieuse. C’est donc sur l’existence d’un « art » de raconter que nous souhaitons nous interroger, un art que les traités de rhétorique antique ne théorisent qu’en partie. De fait, la narration n’y constitue qu’un outil au service de l’argumentation et doit, comme le prescrit Quintilien, se limiter à l’essentiel – alors que la digression est fondamentale, par exemple, dans le roman grec. 

Dès lors, comment une trame arborescente peut-elle intervenir dans l’« art » de raconter, et, selon quelles modalités peut-elle innerver le récit que l’on raconte ? Peut-on raconter en arborescence ? Le cas échéant, cela signifie-t-il suivre une trame préexistante au texte lui-même, respecter une trame induite par le texte, conférer au texte une organisation a posteriori, au moment de son énonciation ? Comment l’arborescence autorise-t-elle un « art » de la réception du récit, voire de son analyse méthodologique ? Nous envisageons quatre pistes de réflexion, non exhaustives, pour répondre à ces problématiques.

Résumés des interventions

Déploiement des sources et construction narrative chez Suétone : un exemple de récit en arborescence ?

Pauline Duchêne, Université Paris Nanterre – Département de Langue et Littérature grecques et latines

Si l’organisation par catégories des Vies des douze Césarsde Suétone (début du IIesiècle de notre ère) peut parfois sembler anti-narrative, le comble de la dislocation du récit est sans doute atteint dans les passages où le biographe romain décide, à l’intérieur d’une catégorie, de présenter toutes les versions disponibles d’un même événement. Pourtant, ces alternatives multiples et variées constituent bel et bien une manière de raconter, démontrant ainsi qu’un récit est loin de n’être qu’une mise en intrigue. On étudiera ainsi trois passages où Suétone accumule les versions, parfois sans même guider son public à travers leurs ramifications narratives : la présentation des ancêtres de Vitellius (Suet., Vit., 1.1-2.2) ; la controverse sur le lieu de naissance de Caligula (Suet., Cal., 8.1-12) ; et les circonstances de la mort de Claude (Suet., Cl., 44.3-7).

La mythographie comme arborescence. À la recherche d’un tronc commun

Charles Delattre, Université de Lille – Laboratoire HALMA

L’idée de schématiser les récits traditionnels n’est pas neuve et, de P. Saintyves (Essais de folklore biblique) au répertoire d’Aarne & Thompson (Motif-Index of Folk-Literature), s’est traduite par des tentatives de formalisation qui prétendaient englober l’ensemble des formes attestées et contastées dans les « légendes », « mythes » ou « contes ». Parallèlement, c’est la notion même de récit qui, de Vl. Propp à A. Greimas et Cl. Brémond, a fait l’objet du même type d’enquête. Les récits mythographiques de l’Antiquité, en tant qu’ils passent pour traditionnels et qu’ils sont des récits, sont susceptibles d’être analysés dans le cadre de ces deux approches : il semble possible, avec l’exemple du récit de métamorphose, de construire un tronc commun qui donne l’impression que les mythographes ont travaillé à l’intérieur d’un système clos, pourvu de règles formelles qui ont corseté leur inventivité et guidé leur mode d’écriture. Nous verrons cependant à quelles conditions un tel système peut être construit, quelles informations concernant le corpus mythographique il laisse de côté, et à quel titre il peut être utilisé. Si la mythographie est un système, à qui profite-t-il ?

L’arborescence en narratologie, de l’outil heuristique à la grille de lecture : quelle pertinence pour les narrations antiques ?

Naïs Virenque, Université de Tours – Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Dès sa constitution en tant que discipline épistémique, la narratologie a abondamment utilisé le modèle de l’arbre et le champ lexical de l’arborescence pour identifier voire modéliser des processus à l’oeuvre dans le récit. À partir de plusieurs exemples d’une telle utilisation, qui ont parfois fait l’objet d’une transposition diagrammatique fondée sur la théorie des graphes, notre communication visera à comprendre la pertinence de l’arbre et de l’arborescence en tant qu’outils heuristiques dans la narratologie, et s’interrogera sur les dangers que leur banalisation fait courir en les standardisant en tant que grilles de lecture.

Récits en réseau chez les orateurs : la fabrique d’une tradition plurielle autour de Solon

Catherine Psilakis, Université Lyon 1 – Centre Jean Pépin

[Résumé en attente]

Greffes grecques sur lauriers romains : la place des récits de consultation des oracles grecs dans les récits historiques et légendaires latins

Manfred Lesgourgues, Université Paris Nanterre – Laboratoire Arscan

Dans le deuxième livre de ses Annales (II, 54), Tacite rapporte, dans un court excursus sur un voyage de Germanicus en Asie Mineure, que l’oracle de Claros, en Ionie, lui aurait prédit, de manière ambigüe, un maturum exitum, c’est-à-dire une « fin » ou un « résultat rapide ». Si cette intégration d’un oracle venu du monde grec dans l’œuvre de l’historien est aussi frappante, c’est que les consultations de sanctuaires oraculaires grecs par la cité de Rome et ses habitants sont particulièrement rares, dans la mesure où elles ne font pas partie du mos majorum. Mais, de manière intéressante, cette interrogation de l’Apollon Clarien n’appartient pas à la trame principale du rapport des conflits qui opposèrent Germanicus et Pison, dont traite alors Tacite : il s’agit d’une branche additionnelle au récit, qui permet d’ouvrir les interprétations sur les événements à venir et d’annoncer la fin tragique du petit-fils d’Auguste. Dès lors, nous proposons de nous intéresser à la greffe que constitue, chez les historiens latins, le motif de l’oracle grec en nous demandant quel rôle il peut jouer dans leurs stratégies narratives, si la place de ces anecdotes mantiques est centrale ou périphérique dans le récit, et si celles-ci servent à ouvrir l’univers des possibles en proposant plusieurs interprétations des faits passés ou bien à faire de l’enchaînement des évènements historiques une fatalité.

Théorie des deux sources ou théorie des deux arbres ? Des stemmata des Évangiles aux arbres organisateurs de la narration évangélique, et vice-versa

Antoine Paris, Sorbonne Université – Laboratoire Orient et Méditerranée

Le modèle le plus généralement accepté aujourd’hui pour décrire les relations entre les trois évangiles canoniques présentant les points communs les plus nets – MarcMatthieuet Luc– la théorie des deux sources, place Marcet une source écrite hypothétique, désignée comme la source Q, à l’origine des deux écrits attribués, respectivement à Matthieu et à Luc. Bien qu’il permette de rendre compte de la majeure partie des ressemblances et dissemblances entre les trois évangiles dits synoptiques, ce modèle reste discuté, pour trois raisons essentiellement : il ne prend pas en compte l’Évangile selon Jeanet les textes dits apocryphes ; il ne permet pas d’expliquer les points d’accord entre Matthieuet Luccontre Marc ; la source Q reste une hypothèse puisqu’aucun témoin n’en a été retrouvé.

Selon nous, la théorie des deux sources présente également l’inconvénient de confondre plusieurs perspectives : il doit permettre d’établir une chronologie(où Marcserait antérieur à Matthieuet Luc) et une histoire de la compositiondes textes (Marcet Qseraient les sources de Matthieuet Luc) mais s’inscrit, en même temps, dans une perspective de canonisation (qui justifie l’exclusion de textes comme l’Évangile selon Thomas, malgré ses points de ressemblance avec les évangiles synoptiques). Surtout, elle envisage chaque texte comme une entité fixe, alors que MarcMatthieuet Lucont certainement connu, individuellement, une histoire longue et complexe, faite d’expansions et d’interpolations, et ont ainsi donné lieu à plusieurs versions distinctes, qui ont pu coexister à une même époque. Cette histoire complexe est d’ailleurs permise par les principes de composition des trois textes. Chacun présente une structure sérielle et /ou circulaire et/ou arborescente, qui permet d’intégrer ou de soustraire des épisodes vécus par le personnage Jésus ou des paroles qui lui sont attribuées, sans perdre une cohérence d’ensemble.

Nous voudrions proposer quelques perspectives pour concevoir les relations entre les trois évangiles synoptiques d’une manière qui permettrait de prendre en compte ces deux aspects. Comment peut-on saisir les relations entre l’Évangile selon Marc, l’Évangile selon Matthieuet l’Évangile selon Lucen considérant chacun d’entre eux à la fois comme une entité en évolution et comme une structure obéissant à certains principes d’organisation interne ?