3. Les trames arborescentes, outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance (mai 2017)

Organisation : Naïs Virenque et Antoine Paris
Lieu : Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Université de Poitiers

Pourquoi l’histoire ? Depuis ses commencements grecs, l’histoire, historia, consiste en une investigation dans le temps et dans l’espace, l’investigation par excellence, qui suppose l’élaboration d’une méthode d’organisation, de classement, de présentation des indices et des informations, tant au moment de leur collecte qu’au moment de leur mise en ordre textuelle et/ou iconographique. Normée, parfois codifiée, souvent imagée et transposée à des constructions schématiques, la méthode guide l’écriture et la fabrique de l’histoire autant qu’elle les définit, elle en est l’outil autant que la condition. Or, le terme même de « méthode » implique la systématisation d’un mode opératoire qui procède par étapes et par progression. Dans son sens premier, issu du grec methodos, il désigne autant le chemin à suivre que celui déjà parcouru. Ce faisant, et dès ses débuts, la méthode place la démarche d’écriture et de fabrique de l’histoire sous l’égide, réelle ou métaphorique, d’un déplacement spatio-temporel le long d’un fil directeur que le schéma arborescent, par ses qualités distributives, mnémotechniques et élévatrices, peut sous-tendre activement. C’est donc sur l’usage des trames arborescentes dans la démarche méthodologique d’écriture et de fabrique de l’histoire que porte la première séance de travail. De l’Antiquité à la Renaissance, il s’agit de réfléchir à la manière dont les arborescences innervent les différents processus d’écriture et de fabrique de l’histoire, et à ce qu’implique un tel usage du point de vue méthodologique. Qu’apporte à l’histoire le recours à une trame arborescente lors de sa mise en récit et/ou en image ? L’arborescence est-elle un outil pertinent pour l’historien ? Quels sont les cas dans lesquels elle est utilisée ? Remplit-elle une fonction didactique, pédagogique, politique ? Peut-elle être utilisée comme un moyen efficace pour instrumentaliser l’histoire ? Fait-elle l’objet de contournements ?

La deuxième séance de la journée porte sur l’usage de trames arborescentes dans la démarche de mise en récit et/ou en image de l’histoire familiale. De fait, que ce soit à travers le modèle de la généalogie ascendante, que la chrétienté occidentale tire principalement de l’arbre de Jessé, ou à travers celui de la généalogie descendante, tel qu’on peut le trouver dans les stemmata qui occupent les murs des domus romaines en hiérarchisant les membres d’une famille, de l’Antiquité à la Renaissance la trame arborescente régit la grande majorité des processus d’écriture et de fabrique de l’histoire des parentés, charnelles comme spirituelles. À travers des panoramas généraux ou des études de cas, cette deuxième séance est l’occasion de s’interroger sur la nature, les qualités et la fonction des trames arborescentes qui sous-tendent l’imaginaire de la parenté, du lignage et de la génération. En quoi l’arborescence est-elle un outil efficace de modélisation des liens familiaux, dans le domaine de l’histoire comme aujourd’hui dans le cadre de recherches en anthropologie de la parenté ? En quoi peut-elle efficacement se superposer à d’autres procédés de schématisation d’analyse des réseaux ? Quels sont les éléments – personnages, textes, liens métastructurels – qui l’alimentent, et à quelles fins ? En quoi les racines, tronc, branches, feuilles, fleurs, fruits peuvent-ils servir de supports métaphoriques propres à rendre compte du déploiement d’une famille ? En quoi peuvent-ils être les garants de son autorité et de la légitimité de sa descendance ? En quoi peuvent-ils faire l’objet d’une instrumentalisation politique et/ou morale ? En quoi les trames arborescentes opèrent-elles comme des liens mentaux qui favorisent les associations de noms et de biens ? En quoi permettent-elles d’en tracer l’histoire ? Quels rapports les trames arborescentes favorisent-elles entre histoire et mémoire ?

Enfin, la troisième séance de travail s’attache à l’étude des trames arborescentes dans les processus historiques de mise en place d’une généalogie des savoirs. Son objectif est double. D’une part, il s’agit de s’interroger sur la manière dont l’arborescence peut rendre compte, matériellement ou métaphoriquement, d’une taxinomie des savoirs dont le principe est générationnel. Que permet la trame arborescente, que d’autres modèles structurels ne permettent pas, au sein d’une organisation générale des domaines de la pensée, des sciences et des techniques ? Sur quels présupposés repose-t-elle ? En quoi est-elle l’indice d’une pensée historique de la connaissance ? Lors de l’élaboration d’une généalogie des savoirs, en quoi l’usage de l’arborescence peut-il impliquer la mise en place d’une généalogie de ceux qui en ont jalonné l’histoire ? En quoi la généalogie de telles personnalités savantes agit-elle en tant que processus mnémotechnique, pédagogique, propédeutique ? Qu’en est-il de l’efficacité des trames arborescentes au sein des différents processus d’enseignement et d’apprentissage ? D’autre part, cette troisième séance de travail est l’occasion de se questionner sur la manière dont la trame arborescente à la fois produit et met en récit et/ou en image un cheminement intellectuel, qui en soi fait de l’accès au savoir un déplacement spatio-temporel dont il est possible de faire l’histoire. Outil initiatique d’investigation sur l’homme et la nature, la modélisation arborescente schématise l’apprentissage comme un processus d’élévation (du bas vers le haut) ou de progrès (de la gauche vers la droite) dont il s’agira d’étudier les avatars et les procédés. La trame arborescente peut-elle être une alternative ou un substitut à la Chaîne d’Or ? Si oui, en quoi ? Ces deux objectifs convergent tous deux vers une réflexion plus générale sur la dimension historique et historiée de la mise en œuvre généalogique du savoir, depuis le modèle pythagoricien de la connaissance perdue qu’il s’agit de retrouver par un processus de mémoire, jusqu’à la fin de l’humanisme et à l’affirmation d’une vision progressiste de l’histoire et des sciences, en passant notamment par l’organisation arborescente des arts et des sciences chère à Martianus Capella. Au sein du passage, temporel, de l’écriture d’une histoire des hommes à celle d’une histoire de l’humanité, il s’agit de chercher à comprendre comment, à travers les trames arborescentes, l’investigation historique permet de définir et de justifier la place du penseur au sein d’une histoire, vaste et vertigineuse, de la pensée et de la connaissance.

Résumés des interventions

Penser en arborescence : le plan, la méthode et la fiction du cheminement

Romain Lossec, Professeur de Philosophie, Lycée Marguerite de Navarre, Bourges

[Résumé en attente]

• 

Les arbres du royaume de Dieu. L’image de l’arbre dans les paraboles de l’Évangile selon Marc

Antoine Paris, Sorbonne-Université et Université de Montréal

L’utilisation d’images végétales pour évoquer « le royaume de Dieu » dans les paraboles de l’Évangile selon Marc peut être rapproché de l’image de l’arbre employée pour décrire un royaume, de son apogée à sa chute, comme on la trouve notamment dans le Livre de Daniel. Cependant, par rapport à ce modèle, les paraboles présentent plusieurs originalités. Tout d’abord, le ou les auteurs de l’œuvre ne parlent pas seulement d’ « arbres » mais mettent en place un réseau d’images végétales variées : céréales, vigne, arbuste. De plus, l’image de l’arbre y est présente de façon hybride. Au chapitre 4, le grain de sénevé est à la fois décrit comme un λάχανον, une « plante potagère », et comme un arbre que, botaniquement parlant, il ne pourrait jamais devenir : il « fait pousser de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent s’abriter à son ombre » (4, 32). D’une manière similaire, le chapitre 12 superpose une parabole faisant intervenir une vigne et une citation du Psaume 118 relevant du domaine de l’architecture (« la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle » 12, 10), tout en ménageant des liens entre l’une et l’autre.

Notre hypothèse est que, tout en conservant l’arrière-plan historique et politique de l’image de l’arbre, les paraboles de l’Évangile selon Marc en font un élément d’un réseau vaste et complexe, où l’arbre est transformé par le rapprochement avec d’autres images. Ce phénomène est cohérent avec ce qui est, selon nous, le but des paraboles : décrire la royauté de Dieu en montrant en quoi celle-ci se distingue d’un règne politique et historique. Dans le récit principal, ce règne de Dieu s’incarne en effet dans la royauté paradoxale de Jésus, ouvertement proclamée au moment le moins attendu : lorsque celui-ci est crucifié sous les mots «  le roi des Juifs » (15, 26). Selon nous, les paraboles sont à la fois un moyen de décrire cet événement de la crucifixion et de l’envisager, par-delà la personne de Jésus, comme la royauté paradoxale de Dieu se prolongeant dans la vie des lecteurs.

Palmes et palmiers autour du Misteri d’Elx : un arbre et ses feuilles pour relier les textes, les cultes et les rites de la cité

Sophie Albert, Sorbonne-Université

[Résumé en attente]

La trame arborescente de la voussure externe du portail central de Saint-Denis, image d’une histoire symbolique du sacerdoce

Élise Vernerey, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Université de Poitiers

Lorsque l’on aborde la question des « trames arborescentes » et de leurs représentations au Moyen Age, il est difficile de ne pas penser en premier lieu au thème de l’Arbre de Jessé. L’image de cet arbre généalogique matérialise la continuité typologique entre les personnages qu’il abrite, rois et prophètes, et aboutit en son sommet à la Vierge et au Christ, leurs descendants. Dans le corpus des représentations de cette image théogonique, le vitrail situé dans la chapelle axiale de l’abbatiale de Saint-Denis est l’un des plus fameux et étudiés. Toutefois, en parallèle à celui-ci, au sein du même édifice, un autre réseau végétal monumental n’a pas retenu une attention semblable. Sur la voussure externe du portail central de la façade occidentale, dix des vingt-quatre Vieillards de l’Apocalypse sont inscrits dans des ramures qui s’entrecroisent et forment des médaillons. C’est l’examen de ce réseau organique sculpté et de sa fonction symbolique que nous proposons de restituer dans le cadre de cette journée d’étude.

Si les Vieillards de l’Apocalypse sont interprétés par les théologiens comme une image du sacerdoce, l’inscription de certains d’entre eux dans une chaîne végétale semble, par l’établissement d’une similitude visuelle avec l’Arbre de Jessé, être le fruit d’une réflexion sur la continuité entre les ministres de l’Eglise : les prophètes de l’Ancien Testament et les clercs de la Nouvelle Alliance. Une comparaison iconographique entre le vitrail et la voussure va dans ce sens, notamment au regard de la mise en relation entre les prophètes et le Saint-Esprit sous sa forme ornithomorphe. Elle ne suffit pourtant pas à embrasser la complexité de l’utilisation de la trame végétale sur le portail. Le motif de la sève qui semble extraite des ramures par deux anges et forme la cavité abritant la colombe et le parallèle avec les bases végétales à grappes sur lesquelles sont juchés les autres Vieillards sont autant d’innovations iconographiques à la signification sacramentelle. Si l’unité des figures sacerdotales, réunies dans le collège des vingt-quatre anciens, est traduite par la similarité des figures, leur répartition dans les branchages ou sur des trônes dénote une différenciation chronologique et fonctionnelle au sein du groupe, qu’il convient d’étudier.

Le motif arborescent de la voussure externe évoque la métaphore paulinienne de l’arbre, symbole du peuple d’Israël, dont à partir des saintes racines certaines branches ont été coupées tandis que d’autres ont été greffées : les chrétiens selon la Foi (Rm 11, 16-24). Appliquée aux prophètes et aux clercs, résumant la totalité de l’histoire ecclésiale, l’allégorie légitime l’action liturgique et le rôle de médiation des moines dionysiens qui occupaient les lieux : ces derniers se représentent eux-mêmes, par le motif de l’arbre, comme les héritiers directs des prophètes.

The cognatic principle on trial: Arbores and kin relations in marriage dispensations from late medieval Florence

Jasmin Hauck, Chercheur associé à l’Université de Marburg

[Résumé en attente]

La trame arborescente et l’origine du savoir : orientation et méthode d’un outil d’investigation mnémonique au Moyen Âge et à la Renaissance

Naïs Virenque, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université de Tours

[Résumé en attente]

Trames arborescentes et généalogie des savoirs médicaux : les enjeux de la description a capite ad calcem

Laetitia Marcucci, Docteur en Philosophie, ATER à l’Université d’Aix-Marseille

[Résumé en attente]