« Describe arborem ». Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure (avril. 2018)

Organisation : Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla
Lieu : Bibliothèque historique de la Ville de Paris

« Confectionne dans ton esprit un arbre dont la racine est irriguée par une source au jaillissement perpétuel », « Examinez donc les feuilles de votre vigne, et gravez-les dans votre mémoire d’une manière ineffaçable ». Ainsi saint Bonaventure exhorte-t-il, dans le Lignum vitae et dans la Vitis mistica, son lecteur/auditeur à élaborer mentalement une trame arborescente à même de structurer son élévation spirituelle. Dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, les trames arborescentes, chargées de la symbolique mystique de l’arbre de vie que la culture textuelle et diagrammatique de l’arbre rencontre à partir du XIe siècle, opèrent tant comme des images de prolifération et de luxuriance que comme des formes signifiantes indispensables à la dévotion.

Au cours du XIIIe et du XIVe siècles, sur le modèle de saint Bonaventure, la culture franciscaine use abondamment du modèle répartiteur de l’arbre afin de graduer le parcours par lequel, en recherchant la similitude et la conformité à la souffrance du Christ, le fidèle s’adonne à l’enargeia compassionnelle qui l’habite. Un tel recours relève majoritairement de la nécessité que rencontrent les prédicateurs de mémoriser et de faire mémoriser leurs sermons à une foule d’auditeurs de plus en plus nombreux, en particulier dans les contextes urbain comme rural de l’Italie communale.

En tant qu’ouvrage majeur de la spiritualité franciscaine du XIIIe siècle, le Lignum vitae a fait l’objet de nombreux commentaires et de nombreuses études, qui s’attachent, le plus souvent, à son intertextualité scripturaire, à son efficacité parénétique ou encore à sa mise en image manuscrite puis monumentale. Pourtant, la spécificité de la trame arborescente que la littérature, la théologie et la méditation bonaventuriennes mettent en place, les modalités textuelles, graphiques et iconographiques de son efficacité heuristique, celle des procédés plastiques de son iconographie, l’exploitation de sa mise en musique ou encore la singularité des ressorts mnémotechniques qu’elle engage n’ont fait l’objet que de peu d’études intégrales de la part des spécialistes des structures arborescentes médiévales. Les autres ouvrages de saint Bonaventure ne sont, eux, presque jamais évoqués, alors que, bien souvent, ils amorcent – au moins – l’élaboration mentale d’une trame arborescente essentielle dans la pratique méditative.

Résumés des interventions

L’arbre comme motif structurel et théologique dans le Lignum vitae de saint Bonaventure

Cyriane Rohner-Ouvry, Université de Strasbourg, Faculté de théologie protestante

Le programme théologique que saint Bonaventure expose dans son traité Lignum Vitae a explicitement pour but de permettre au lecteur – franciscain au premier chef – de se (re)mémorer perpétuellement les récits des événements constituant l’origine, la vie, la mort et la glorification du Christ. Pour ce faire, saint Bonaventure emploie le motif de l’arbre afin d’aider le croyant à structurer le contenu dispensé pour mieux le retenir. Il décompose ainsi son traité en branches et en fruits. Mais, par-delà un simple agencement visuel, il faut comprendre que chez Bonaventure l’arbre n’est pas simplement un agent mnémonique. Dans le Lignum Vitae, l’arbre est décrit à l’image de l’arbre de vie d’Apocalypse 22, 1-2 (Prologue, 3). En effectuant ce rapprochement, Bonaventure adjoint une dimension théologique forte au motif de l’arbre. Le Christ est d’ailleurs lui-même le fruit de l’arbre (Prologue, 3). Plus encore, l’on peut trouver dans d’autres des écrits du Docteur séraphique l’affirmation que le Christ est l’arbre de vie2 (Itininerarium, IV, 2 ; Hexaëmeron, I, 17). L’arbre est aussi une représentation des diverses étapes à franchir pour que le croyant, en conformant son âme au Christ, atteigne l’illumination parfaite. C’est donc à travers la méditation de la vie du Crucifié, qui s’étend de son incarnation à sa glorification, que le lecteur peut atteindre la contemplation divine. 

Si dans son Lignum Vitae saint Bonaventure se fonde sur le motif mnémotechnique de l’arbre, nous verrons que l’utilisation qu’il en fait va bien au-delà de la simple (re)mémorisation. Notre présentation s’attachera ainsi à montrer comment, à partir de ce motif, il construit un système théologique qui pousse le croyant à la méditation active de la vie du Christ, à l’amour du Crucifié, afin d’arriver à la béatitude.

Les arborescences bonaventuriennes et la luxuriance de la Croix

Laure Solignac, Institut catholique de Paris

L’Arbre de vie (Lignum vitae) est certainement l’arborescence la plus caractéristique et la plus connue de saint Bonaventure : cette oeuvre utilise l’arbre à la fois comme système d’organisation de données (des médiations sur la vie du Christ) et comme moyen d’impression de ces données (les fruits de l’arbre) dans la vie même du fidèle, par le travail de la mémoire. Par comparaison, l’arborescence formée par la Vigne mystique (Vitis mystica) par-delà les aléas de sa tradition manuscrite, semble bien étrange : la vigne est présentée comme un arbre mutilé, où l’image de la croix est plus immédiatement visible. Pourtant, dans cet arbre quasi sans branche, l’impression fonctionne aussi, moins du fait de l’ordre de l’oeuvre et de sa disposition, que de la puissance visuelle des images et de l’effet d’exposition dû à la nudité de cet arbre, et de celui qui y est suspendu. Cela montre bien que l’arborescence, chez Bonaventure, n’est pas seulement au service de l’intelligence et de l’organisation du savoir : elle vise avant tout une expérience transformante et est ordonnée à l’existence concrète et à la sanctification. Les arborescences bonaventuriennes sont donc le lieu d’une double et paradoxale expérience, de totalisation et de débordement affectif, la première étant au service de la seconde.

La réception du Lignum vitae de saint Bonaventure à travers le chant O Crux frutex, ou le succès d’une arborescence sonore

Anne-Zoé Rillon-Marne, Université catholique de l’Ouest / Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale

Dans le Lignum Vitae, saint Bonaventure s’appuie sur l’image de l’arbre, autant spirituellement que formellement. En effet, le traité adopte la forme d’une arborescence, les quarante-huit méditations sur le Christ suivant une organisation rigoureuse de douze « fruits », sous-divisés chacun en quatre « rameaux ». Le sommaire de l’opuscule est ainsi parfaitement explicite, à tel point que ce texte caractérisé par des groupes de quatre vers réguliers et assonancés s’est également diffusé sous la forme d’une hymne, indépendante ou adjacente au texte d’origine. Cette communication propose de suivre la transmission complexe de cette pièce poétique et musicale. La diversité des formes qu’elle a pu emprunter selon les contextes témoigne de la grande vivacité de la réception du texte de Bonaventure et de la créativité mise en œuvre pour forger un outil apte à en mémoriser la structure et soutenir la médiation.

Le Lignum vitae de saint Bonaventure dans l’art trécentesque

Raphaèle Preisinger, Université de Berne, Institut fur Kunstgeschichte

[Résumé en attente]

« Un arbore in modo de croce nel quale era uno suspenso e nudo. » Arbre des oraisons et visions de saint Bonaventure chez Arcangela Panigarola

Gwladys Le Cuff, Université Paris-Sorbonne et Université de Picardie / Université Lyon 3

L’héritage de la tradition méditative bonaventurienne se manifeste dans les nombreuses ekphraseis visionnaires arborescentes d’Arcangela Panigarola (1468-1525), abbesse augustinienne de l’église milanaise de Santa Marta et mère spirituelle du cercle de l’Eterna Sapienza qui réunissait parmi ses membres l’aristocratie du Royaume français de Milan. Ses consoeurs et son confesseur, Giovanni Antonio Belloti, transposèrent par écrit nombre de ses visions dans un manuscrit inédit conservé à la Bibliothèque Ambrosienne et celui-ci témoigne des relations étroites entretenues par Arcangela avec les franciscains milanais de la congrégation dite « amadéiste », du nom de son fondateur Amadeo Menez da Silva (v. 1420-1482). L’abbesse rapporte plusieurs visions de saint Bonaventure : la décadence de l’ordre franciscain lui est révélée alors qu’elle le voit en compagnie de saint François et de saint Antoine de Padoue ; le jour la fête du saint, celui-ci lui apparaît, aux côtés du bienheureux Amadeo, avec dans la main un cœur au Nom de Jésus inscrit de lettres d’or, pour lui prédire la mort d’un frère amadéiste milanais. 

Les arbres spirituels décrits par Arcangela Panigarola sont explicitement désignés comme le produit des prières des fidèles de l’Eterna Sapienza. Ces arbres des oraisons supportent à chaque fois des interprétations allégoriques particulières et ne respectent pas stricto sensu les dispositions promues par le Lignum vitae de Bonaventure. De nombreuses affinités avec ce modèle de l’imitatio christi demeurent néanmoins : dans la vision d’« uno arbore in modo de croce nel quale era uno suspenso et nudo », le Christ crucifié laisse provisoirement place à l’âme du fidèle en prière, elle-même crucifiée à l’arbre. Il s’agira de ressaisir ces arbres dans les traditions textuelles desquelles ils procèdent et d’interroger ces descriptions comme une étape locale tardive de la postérité des arbres bonaventuriens en cherchant à spécifier leur logique organisationnelle par-delà le principe de croissance associé ici de façon très insistante à la fructification des oraisons.